Search
Close this search box.

An Exciting Integration

Written by CorpsAfrica/Senegal Volunteer Mr. Abdou Cisse

“♪ ♫♫ ♪ You know my beautiful village, stretching along the water. With its beautiful foliage, and giant “fromager” trees.. With its beautiful shores, facing the ocean. Enchanting are these women singing and dancing in the dense forest. A Diembéreng, diembhéring, Diembéreng village of Casamance … ♪ ♫♫ ♪ ”
Just to use a part of the famous song of Metzo Diatta who contributed a lot to make known this beautiful village located in Lower Casamance.

Diembéreng is also known for having been the shooting scene of the film Emitey, directed by the great Senegalese filmmaker Ousmane Sembene, who retraces part of the colonial history of this village and highlights the capture of Senegalese riflemen.
Diembéreng, my new town, is populated mainly by the Diola who speak the Kuwaataay dialect. They are divided into six districts (Houdiabouss, Kaingha, Etama, Etoune, Haloudia and Kaoute). The village is a cultural melting pot where different ethnic groups mix in their richness and diversity, with so many languages, cultures, religious beliefs and religious practices.
Diembéreng indeed offers the image of a land of integration and harmony and of diversity where the respect for differences and the dignity of individuals constitutes the wealth of a successful blend of customs and irreconcilable beliefs of various origins.
In fact, the village consists of Christians, Muslims and animists who live in perfect harmony. It is common to see families where parents are animists and children are divided into the Muslim and Christian religions; or the dad is an animist, the mother Christian and the children are Muslim and Christian. These socio-cultural realities reinforce the social cohesion of the Kwatay community.

Diembéreng also has giant trees called “fromagers”, abundant mangrove, large palm trees that provide the Diola their famous Bounouck (palm wine) and a variety of fruit plants, offering a green landscape which inevitably attracts the first visitor. This picturesque and enchanting landscape enhanced by an abundant and lush vegetation is characterized by beautiful beaches along which are located tourist camps- all things that make it a tourist-oriented area of excellence.

Its famous public square, Asseb, remarkable for its imposing “fromagier” trees, houses a small market that allows for the rotation Diembéreng Cape Skiring. It is this place that the Diembéreng festival is celebrated each year in April, offering the public the opportunity to spread all of its cultural richness. The village also houses the mayor of the town that bears the name of Diembéreng.
The town hall, the first of our visits, attracts attention and its visitors with the youth of its staff (90% of the staff is young) under the direct authority of an equally young and energetic mayor. I like it here, and particularly salute this dynamic environment and the availability of the municipal team that was very receptive to CorpsAfrica’s involvement. For it is this openness that served as a marker in the pursuit of our mission, my brother CorpsAfrica Volunteer Hameth Ndoye and myself.

I would like to point out in my acknowledgements and thank Mr. David Diatta, responsible for state-owned issues of the Town Hall, who made himself available to me and introduced me to the parish Diembéreng Piarist sisters who invited us to participate in a hiking activity on the occasion of the celebration of their 50th anniversary in Senegal, coinciding with the date of Saturday, March 19, 2016.
Let me now share with you the highlights lived in my new town which have marked for a good start of integration for me.

My 10km of pleasure …
The invitation of the Piarist sisters was an opportunity for me to participate in the first activity in my village, to be in direct contact with young people but also to prove myself useful. The hike has mobilized more than 300 young people who walked from Cape Skiring to Diembéreng for a distance of 10km. The departure was set for 9:54 AM at the roundabout Cape Skiring. Warm-up chants of the youth were rhythmic to the hikers’ steps. Sometimes they were sung in French, sometimes in Wolof or in Diola. This jovial atmosphere, embellished by rhythmical and cadenced dance steps, removed the grip of fatigue from the hikers. In order to represent CorpsAfrica best, I offered to volunteer and be the “the garbage man”. I ran left and right to retrieve the empty water bags from the hands of the hikers to avoid environmental pollution. I was also the “water boy” which enabled them to quench their thirst and to better withstand the sunlight rays which darted on their skulls. I was especially wanted by this sponsor who was given the task of monitoring the state of his group and was running left and right to inquire about it from me.

The worth of my first aid training was to be determined since the hike was not monitored by firefighters nor Red Cross officials. My improvised first aid role allowed me to quickly locate a girl who suffered from heart problems and was beginning to show signs of fatigue. I then urged the organizers who immediately reacted (shout out to the Red Cross, I was happy to be in the shoes of a rescuer). Another shout out to Abdoulaziz Noujoum who gave me some photography lessons and tips. This allowed me to generate a good report which very much pleased the organizers. My availability and involvement during this activity gained me an invitation to have a drink with the organizers (Piarist priest and sisters) at the end of the activity. I took the opportunity to share the photos and videos I had taken with them- they really appreciated it.

The group arrived at Diembéreng at 12:45 PM in a concert of songs and dances that attracted the entire community. I could say that I did 10km on foot without being “Fatou Gueye,” (a term used by hikers to ask if there are people who are tired or not. “Are you Fatou-gueye?”). In any case I never said yes.

To finish, nothing but fun and pleasant times for this first Saturday in my beautiful village. After a day as charged with activities, Sunday came as a day of rest to recover well, but…

Do not even try to guess what I did on Sunday. To be continued.

Version originale en Français 

UNE INTEGRATION EXCITANTE.

​Vous connaissez mon village ???
«♪♫♫♪ connais tu mon beau village, qui s’étend au bord de l’eau. Avec son beau feuillage, de fromager géants… Avec ses beaux rivages, qui font face à l’océan.  Entant tu ces femmes qui chantent et qui dansent dans la forêt dense. A diembéring, diembhéring, Diembéring, village de Casamance…♪♫♫♪» pour reprendre une partie de la célèbre chanson de Metzo Diatta qui a beaucoup participer à faire connaitre ce beau village qui se trouve en basse Casamance.

Diembéring est aussi connu pour avoir été le théâtre du tournage du film EMITEY, réalisé par le grand cinéaste Sénégalais SEMBENE Ousmane, qui y retrace une partie de l’histoire coloniale de ce village, mettant en exergue la capture de futurs tirailleurs sénégalais.
Diembéring mon nouveau village est peuplé essentiellement de Diola parlant le dialecte Kwatay. Ils sont répartis dans six quartiers (Houdiabouss, Kaingha, Etama, Etoune, Haloudia et Kaoute). Le village est un véritable creuset culturel où se côtoient plusieurs ethnies  dans leur richesse et leur diversité, avec autant de langues, de cultures, de croyances religieuses et de pratiques  cultuelles.
Diembéring offre en effet cette image d’une terre d’intégration et de symbiose des diversités, où le respect des  différences et des dignités individuelles constitue la richesse d’un  mélange réussi d’us, de coutumes et de croyances d’origines diverses et à priori inconciliables.
En effet, le village est composé de chrétiens, de musulmans et d’animistes, mais qui vivent en parfaite harmonie. Il est fréquent de voir des familles où les parents sont animistes et les enfants partagés entre la religion musulmane et chrétienne ; ou encore le papa animiste, la maman chrétienne et des enfants musulmans et chrétiens. Ces réalités socioculturelles renforcent la cohésion sociale de la communauté Kwatay.
Diembéring  c’est aussi des fromagers géants, une mangrove abondante, de grands palmiers qui procurent aux Diola son fameux Bounouck (vin de palme), ainsi qu’une diversité de plantes fruitières, offrant un paysage verdoyant qui séduit forcément le premier visiteur. Ce paysage pittoresque et enchanteur renforcé par une végétation abondante et luxuriante est aussi caractérisé par de belles plages le long desquelles sont implantés des campements touristiques.

Toutes choses qui en font une zone à vocation touristique par excellence. Sa célèbre place publique, Asseb, remarquable par son imposant fromager, abrite un petit marché et le garage clando qui permet de faire la rotation Diembéring Cap-skiring. C’est sur ce lieu qu’est célébré chaque année, au mois d’avril le convoité festival de Diembéring, qui offrent  à la population l’occasion d’étaler toute sa richesse culturelle. Le village abrite également la mairie de la commune qui porte le nom de Diembéring.
La mairie, première étape de nos visites, attire l’attention et séduit le visiteur par la jeunesse de son personnel (90% des agents sont jeunes) placé sous l’autorité directe d’un Maire tout aussi jeune et dynamique. Il me plait ici, de saluer particulièrement ce dynamisme et la disponibilité de l’équipe municipale qui s’est montrée très réceptif par rapport à l’approche d’intervention de CorpsAfrica. Car, c’est cette ouverture d’esprit qui nous a servi de balise dans la poursuite de notre mission mon frère volontaire de CorpsAfrica Hameth Ndoye et moi-même.

Je voudrais distinguer dans mes remerciements Monsieur David Diatta, le chargé des questions domaniales de la mairie, qui s’est mis à ma disposition et qui m’a présenté à la paroisse des sœurs Piaristes de Dièmbéring qui nous ont invités à participer à la randonnée pédestre organisée à l’occasion de la célébration de leur cinquantenaire d’existence au Sénégal, coïncidant avec la date du Samedi 19 mars 2016.
Permettez-moi à présent, de partager avec vous des moments forts vécus dans mon nouveau village et qui marquent pour moi, un bon début d’intégration.

Mes 10km de plaisir…
L’invitation des sœurs Piaristes était une occasion pour moi de participer à une première activité du village, d’être en contact direct avec les jeunes mais également de faire preuve d’utilité. La randonnée a mobilisé plus de 300 jeunes qui ont marché de cap-Skiring à Diembéring sur une distance de 10km. Le départ est pris à 09 heures 54 minutes au niveau du rond-point du Cap-Skiring. Des chants de mouvements de jeunesses ont rythmé les pats des randonneurs. Tantôt ils sont entonnés en français, tantôt en wolof ou encore en Diola. Cette atmosphère joviale, agrémentée par des pas de danse rythmés et cadencés ôte à la fatigue toute emprise sur les excursionnistes. Naturellement, je ne me suis pas fait prier pour prendre ma dose de joie et de plaisir ainsi généreusement offerts par un peuple à l’hospitalité légendaire. Aussi, pour bien représenter la philosophie de CorpsAfrica, me suis-je proposé d’être le Mister Poubelle du jour. Je courrais de gauche à droite pour récupérer les sachets d’eau vides des mains des randonneurs pour éviter la pollution de l’environnement. J’étais également le porteur d’eau qui leur permettait de se désaltérer et de mieux supporter les rayons solaires qui se dardaient sur leur crâne.  Je me voulais surtout ce mécène qui s’était donné la mission de veiller sur l’état de forme de ses protégés d’un jour en courant de gauche à droite pour m’en enquérir. Histoire donc de faire valoir ma formation en secourisme puisque la marche n’était pas encadrée par les pompiers ou des agents de la Croix Rouge. Mon rôle de secouriste improvisé, m’a permis de repérer très vite une jeune fille qui souffrait de problème cardiaque et qui commençait à manifester des signes de fatigue. J’ai alors interpellé les organisateurs qui ont aussitôt réagis (petit clin d’œil à la croix rouge, j’étais heureux d’être dans la peau d’un secouriste). Clin d’œil également à Abdoul Aziz Noujoum qui m’a donné quelques cours de photographie. Ce qui m’a permis de faire un bon reportage qui a beaucoup plu aux organisateurs. Ma disponibilité durant cette activité m’a value une invitation à prendre un verre avec les organisateurs (sœurs Piaristes et prêtre) à la fin de l’activité. J’en ai profité pour mettre à leur disposition les photos et vidéos prises. Ce qu’ils ont beaucoup apprécié.

Le peloton est arrivé à Diembéring à 12heures 45 minutes dans un concert de chants et de  danses qui ont attirés toute la communauté. Dire que j’ai fait 10km à pied sans être « Fatou-gueye » (expression utilisée par les randonneurs pour demander si y a des gens qui sont fatigués ou pas. « Tu es Fatou-gueye ? »). En tout cas je n’ai jamais répondu par l’affirmative.
Au finish, que du plaisir pour ce premier samedi passé dans mon beau village. Après une journée aussi chargée en activité, le dimanche se présentait comme une journée de repos pour bien récupérer, mais…
N’essayer même pas de deviner ce que j’ai fait le Dimanche. A suivre.

Posted On:

Country:

Share: