Search
Close this search box.

Story Telling

Écrit par M. Ibrahima Sadio Ba, volontaire de CorpsAfrica/Sénégal

Bonjour à tous, je m’appelle Ibrahima Sadio BA, je suis bénévole à CorpsAfrica, je fais partie de la cohorte six (C6) ; affecté à Nathia (commune de Bandafassi) à Kédougou : une région située au sud-est du Sénégal. CorpsAfrica est une organisation dont la mission est de stimuler le développement communautaire et mon rôle en tant que bénévole est de faciliter ce développement communautaire.
L’histoire que je vais vous raconter est celle d’un jeune que j’ai rencontré pour la première fois dans mon village d’accueil lors de la phase d’immersion de notre mission de bénévole. Cette rencontre avec ce jeune homme a eu lieu lors de mes visites à domicile qui consistaient à me présenter et en même temps à leur expliquer la raison de ma présence dans ce village. C’est à ces moments-là que j’ai rencontré ce jeune homme et nous avons commencé à parler. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à lui poser des questions axées sur ses études, nous avons parlé un peu et avons vu que le temps était compté et que je devais faire le tour des maisons donc c’est là que je lui ai promis de revenir chez lui pour avoir une meilleure qualité. discussion.
Comme promis, je me suis rendu chez lui le soir vers 20 heures. quand je l’ai trouvé en train d’apprendre ses leçons avec une torche à la main qui n’était pas trop brillante, je lui ai dit mais on voit les écritures avec cette torche qui n’est même pas claire et le jeune homme a répondu, je cite : « OUI, c’est ça Je l’ai fait », et j’ai immédiatement continué en lui demandant dans quelle classe il était ; il répond “Je suis en troisième année”. C’est à ce moment-là que je lui ai dit de venir chez moi pour lui offrir cette lampe solaire que CorpsAfrica nous avait offerte. C’est ainsi que je lui ai offert cette lampe avec laquelle il pourra travailler sereinement.
En effet, ce qui m’a le plus frappé chez le jeune homme, c’est qu’il aime ce qu’il fait malgré la perte de son père et qu’il vit avec sa mère dans des conditions qui ne sont pas trop favorables mais il continue de rendre sa mère fière car il a toujours été d’abord tout au long de ses études. Il garde encore le cap jusqu’à aujourd’hui car il était encore premier dans son centre d’examen à la BFEM 2023. Et il s’oriente directement vers la série Scientifique. Bref, il est aujourd’hui devenu une référence dans le village car il n’y avait cette année que deux candidats au BFEM dans tout le village et heureusement ils ont tous réussi.
Cependant, le taux d’abandon scolaire dans ce domaine est souvent lié au manque de moyens financiers pour permettre aux jeunes de poursuivre leurs études jusqu’à un certain niveau. Par ailleurs, je ne peux terminer sans souligner que ce jeune est dans la même situation que moi avant, et cependant, s’il n’a pas de soutien, alors j’ai peur qu’il se retrouve dans la même situation que moi. et nous n’en voulons pas. Et attendez, si ce jeune n’obtient pas de soutien pour atteindre cet objectif, alors dites-vous que c’est un espoir perdu et que vous n’en voulez pas.

 

Posted On:

Country:

Share: